Biotope met le cap sur l'Afrique

Biotope met le cap sur l'Afrique

Biotope - Septembre 2015

Biotope, le leader français de l’ingénierie écologique accentue son déploiement à l’international. Après une filiale en Chine ouverte en 2014, l’entreprise prospecte les terres africaines en vue d’ouvrir une agence en 2016.

Avoir un train d'avance. Parier sur un marché à défricher pour être les premiers quand la prise de conscience et l'activité viendront. Telle est la stratégie visionnaire impulsée par Frédéric Melki, le fondateur et dirigeant de Biotope, spécialiste français de l'ingénierie écologique. Il poursuit sa stratégie de développement sur des territoires de la planète où ces thématiques ne sont pas encore forcément très considérées, anticipant ainsi leur inéluctable et prochaine prise en compte.

À ce jour, l'entreprise a ouvert trois filiales à l'étranger : Madagascar, Casablanca et, en mars 2014, la Chine.

« Cette année, nous avons accentué l'effort à l'export, confirme Nicolas Roques, coordinateur de l'activité internationale de la société, et responsable des filiales chinoises et marocaines. En 2015, la part de l'export devrait passer de 5 à 15 % du chiffre d'affaires (17 M€ - NDLR). On insiste donc sur une importante montée en capacité des équipes sur l'export. Nous sommes persuadés que ce sont des métiers d'avenir pour tous les continents. »

Par ailleurs, Biotope sera maître d'œuvre du projet sur la compensation aux écosystèmes et à la biodiversité, financé par le FFEM (Fond français pour l'environnement mondial) et qui sera mis en œuvre, en partenariat avec de grandes ONG, dans quatre pays africains : la Guinée, Madagascar, le Mozambique et l'Ouganda. « Ce projet s'étalera sur quatre ans, précise Nicolas Roques. Nous espérons qu'il nous permettra de nous développer localement. L'Afrique est un continent au potentiel gigantesque pour les décennies à venir. »

Biotope pourrait également s'intéresser à l'Amérique latine dans les mois à venir. En attendant, l'entreprise se réjouit de travailler désormais pour la Commission européenne. Des marchés décrochés il y a quelques mois (notamment sur la thématique de l'économie de la biodiversité) et qui devraient booster l'activité 2015 de Biotope.

Pour lire l'article en entier de Cécile Chaigneau sur le site de La Tribune, Objectif Languedoc-Roussillon, cliquez ici.