Tribune " La compensation écologique menace-t-elle la conservation de la nature ? "

Tribune " La compensation écologique menace-t-elle la conservation de la nature ? "

Frédéric Melki s'est exprimé à propos de la compensation écologique et de la conservation de la nature dans le dernier numéro du Mag de la Lettre M. Président et co-fondateur de Biotope (240 salariés, CA de 16,2 M€, basé à Mèze), il est également président du bureau environnement et biodiversité de Syntec Ingénierie, fédération professionnelle de l'ingénierie.

La compensation écolofique menace-t-elle la conservation de la nature ?

La Lettre M, Le mag, Hors-série du 26/09/2017

La loi de protection de la nature de 1976 a introduit l'obligation de mener une étude d'impact sur l'environnement pour chaque projet d'aménagement. Cette étude évalue les conséquences du projet sur l'environnement et impose de proposer des mesures pour les éviter, les réduire ou les compenser. Les impacts possibles à éviter, ou la part d'impact restant après application des mesures d'ingénierie écologique, sont l'objet de la compensation écologique : il  s'agit de mener des actions d'amélioration des milieux naturels, lesquelles mesures devant conduire à éviter les pertes nettes de biodiversité.

Pourquoi, aujourd'hui, ce sujet rejaillit-il dans l'actualité, au point d'avoir fait l'objet en 2016 d'une commission d'enquête sénatoriale ? On peut aussi s'étonner du fait qu'un dispositif bénéficiant à l'environnement suscite autant de méfiance, voire d'hostilité, de la part d'un certain nombre d'organismes de protection de la nature. La pierre d'achoppement est la marchandisaqtion de la nature. Faut-il donner une valeur à la biodiversité et créer un marché où s'échangeraient les titres de biodiversité ? L'existence d'un marche ne risque-t-elle pas de désantuariser certaines espèces rares en établissant un prix pour leur destruction ? On peut comprendre ces craintes, mais la règlementation est protectrice : la compensation écologique n'intervient qu'à l'issue d'un processus d'autorisation visant à démontrer que le projet est acceptable d'un point de vue environnemental, indépendamment de toute mesure compensatoire. Un projet trop destructeur ne peut être approuvé par l'administration, et ce quel que soit le montant des mesures compensatoires. Créer un marché de la compensation écologique présente des avantages : protéger et gérer la nature devient une activité économique viable qui permet aux habitants des zones rurales de trouver un emploi fondé sur la préservation de la biodiversité. Une partie de la protection se trouve financée par les aménageurs en vertu du principe pollueur-payeur. La compensation écologique est donc une opportunité écologique et économique, mais qui nécessite une régulation forte de la part de l'Etat.

Couverture du Mag de la Lettre M, Septembre 2017 - Crédits : Lettre M